Qui suis-je ?


Née en 1983, je suis l’heureuse maman d’un petit Lemmy que j’ai mis au monde en 2017 et dont je m’occupe principalement depuis sa naissance.

A utodidacte, j’ai quitté le milieu scolaire à 17 ans sans diplômes après des années d’ennui. J’ai travaillé dans le secteur commercial, puis les ressources humaines, ayant toujours eu un fort relationnel et une grande sensibilité, observatrice et à l’écoute, j’ai pu développer et mettre à profit ces qualités dans les différents postes que j’ai occupés.


Cependant, la trentaine arrivée, je me sens de moins en moins en accord avec mon vrai Moi, j’étouffe dans ce monde de l’entreprise auprès duquel je ne me reconnais pas. Dans une recherche de plus d’authenticité je me suis mise à réfléchir à une activité qui fasse vraiment sens à mes yeux. Passionnée par le social, l’éducation, la place et le pouvoir des femmes, la transmission, et tout autant par les enfants et leur pur enseignement de la vie sans filtres, je décide de me reconvertir en intégrant une formation au métier d’auxiliaire de puériculture durant toute l’année 2015.

Mon projet à ce moment là était de travailler en service de maternité, au plus près des nouvelles mamans, j’avais ressenti au cours de mes stages un réel besoin pour la plupart de ces femmes d’un accompagnement particulier dans cette période si sensible qu’est l’accueil d’un nouveau-né. L’école dans laquelle j’étudiais était très orientée vers le maternage proximal, les méthodes d’éducation dites « alternatives », prenant en compte les récentes études au sujet des apprentissages des enfants, du lien d’attachement, tout ceci révéla en moi des choses que je savais instinctivement depuis toujours, sans savoir y mettre des mots jusqu’alors.

En parallèle durant cette année de formation, j’ancrais de plus en plus le souhait de devenir mère à mon tour, finalement je me disais que tout ce que j’apprenais me servirait en premier lieu pour moi-même. Je tombe enceinte rapidement en 2016, malheureusement cette grossesse s’interrompt à 8 semaines. J’ai très mal été prise en charge, me retrouvant seule sans informations sur le pourquoi du comment, mon gynécologue de l’époque banalisant cet événement de « les fausses couches ça arrive à tout le monde madame c’est rien ». Je porte à nouveau la vie 3 mois plus tard et je décide que cette fois-ci je serai entourée de professionnels partageant ma vision de l’accompagnement. J’ai eu la chance d’être suivie par une sage-femme formidable qui a toujours respecté mes choix et m’a informé du mieux possible, de mon côté j’ai vécue ma grossesse en me préparant au maximum, dans l’idée d’un accouchement qui respecte le plus ma physiologie, sans surmédicalisation. Durant 9 mois j’ai lu des livres, des documents, des études, visionné des vidéos, je me suis reposée, à l’écoute constante des besoins de mon corps, et le jour J j’étais sereine et prête pour accueillir mon fils.

J’ai vécu l’accouchement que je souhaitais dans l’ensemble, mais pendant tout ce cheminement je n’ai cessé de penser aux femmes qui ne disposaient pas du temps que j’ai eu pour se préparer, pour s’informer. Qui n’avaient pas ma chance d’avoir un(e) conjoint(e), un(e) accompagnant(e), une épaule solide sur qui s’appuyer, et qu’il faudrait que toutes les femmes aient la possibilité d’être entourées par des personnes qui savent tout ceci.

Quelqu’un qui leur transmettrait toutes les possibilités dont elles disposent, avec le recul nécessaire, une oreille, des bras, qui ont le temps de répondre à toutes les interrogations, les angoisses, une personne de confiance qui comme une figure féminine bienveillante les aiderai même au delà de la naissance, les accompagnerai dans la globalité de leur unique histoire, afin de leur révéler le pouvoir dont elles disposent, si elles se l’accorde.

Cette personne je l’ai vite découverte durant mes recherches, c’est une doula, elle existe, et j’ai souhaité en être une. J’ai donc été formée en 2018 à l’institut de formation des doulas de France, dans la continuité de ma précédente formation, de mon parcours personnel, de contribuer à bâtir un nouveau paradigme dont je suis persuadée qu’il passe par le bien-être d’une femme qui accueille son enfant.


En savoir + sur le rôle de la doula Contactez-moi